Appel à Propositions

| Thèmes du Forum 2012 | Questions des Propositions| Formats de Participation | Processus de sélection

Transformer le pouvoir économique … êtes-vous prêtes à relever le défi ?

Nous avons commencé à envoyer des notifications à ceux qui ont soumis une proposition. En raison de la réponse massive à l’appel à propositions, ce prendra un semaine à déployer. S’il vous plaît noter que si vous avez soumis une proposition par la date limite de soumission (3 juin 2011) vous pouvez attendre notre réponse par 16 september 2011.

Êtes-vous disposées à sortir de votre zone de confort ? A remettre en question vos schémas de pensée ? A dialoguer avec des acteurs extérieurs à votre activisme ou lieu de travail quotidien ? Êtes-vous prêtes à forger des alliances à travers les frontières afin qu’ensemble nous puissions transformer le pouvoir économique ?

Notre objectif durant le Forum 2012 de l’AWID est d’étudier de quelles façons le pouvoir économique impacte les femmes et la planète, et de mettre en relation les groupes très divers qui travaillent sur ces questions en utilisant comme approches à la fois celle des droits humains et celle de la justice, afin qu’ensemble, nous puissions contribuer à l’élaboration de stratégies plus vigoureuses et plus efficaces pour faire avancer les droits des femmes et la justice.

L’héritage colonial, les transitions tumultueuses du communisme, et des décennies de prescriptions politiques néolibérales ont permis au secteur privé de mettre la main sur les ressources publiques, irrémédiablement détérioré l’environnement, favorisé la militarisation à tout-va, érodé les droits humains et, à quelques exceptions près, ont permis que ce soient les marchés capitalistes, et non l’expérience humaine, qui déterminent ce qui a de la valeur. La crise financière et la récession économique qui ont commencé en 2008, et qui s’inscrivent dans une crise systémique générale de l’alimentation, de l’énergie et de l’environnement, ont mis à nu les défaillances et les impostures du modèle économique dominant actuel au point que même ses tenants les plus farouches ont du mal à le défendre. S’il est vrai que certaines économies qui ne participent pas du modèle dominant sont édifiées sur des relations de pouvoir inégales, d’autres sont fondées sur des principes plus équitables et offrent des perspectives et des alternatives appréciables à ceux qui ont comme objectif de transformer le pouvoir économique.

Aujourd’hui, les mobilisations à grande échelle au Moyen-Orient et en Afrique du Nord incitent des femmes et des hommes, partout dans le monde, à trouver de nouvelles possibilités de défier ces structures de pouvoir qui auparavant semblaient inébranlables. Les importantes mutations géopolitiques —entre autres, le renforcement du rôle des pays émergents et l’affermissement des blocs régionaux — conduisent aussi à s’interroger sur la possibilité d’une modification radicale du rapport de force économique, même si les acteurs économiques dominants sont en train de se regrouper en toute hâte pour défendre leurs intérêts et éviter de procéder à de réels changements.

Quel que soit notre sort et quel que soit le contexte dans lequel nous vivons, le pouvoir économique a des répercussions sur nos vies dans toutes leurs dimensions, depuis les choix relatifs aux dépenses du ménage, jusqu’à la répartition du budget national, et aux campagnes pour la reconnaissance de l’économie des soins domestiques, pour l’équité des salaires, pour des conditions de travail décentes, et pour l’accès de tous, à un prix abordable, aux ressources du monde – notamment la nourriture, l’eau, l’énergie et la terre.

Le pouvoir économique impacte aussi, et interfère sur, toutes les questions et priorités concernant les droits des femmes – depuis les droits reproductifs et sexuels, jusqu’aux violences envers les femmes, en passant par l’éducation, la participation politique et la santé. En l’absence d’un système économique qui tienne compte des besoins et des réalités des femmes et qui attache une valeur à leurs apports, il n’y a ni justice, ni droits possibles.

Tout au long de l’histoire, le patriarcat et d’autres systèmes d’oppression, dont l’éternel racisme, ont influé sur la façon dont fonctionnent nos sociétés et on infiltré nos politiques, nos économies, nos savoirs et nos cultures. En conséquence, beaucoup de gens, en particulier les femmes, ont été systématiquement écartés de l’économique et de la prise de décision en général. Et pourtant, depuis longtemps les femmes, dans toute leur diversité, font face aux fractures et les fissures du système, et bouchent les trous en cas de réduction des dépenses et des services.

Il y a beaucoup d’expériences instructives dont on peut tirer profit. Les femmes autochtones, paysannes ou rurales ont édifié la souveraineté alimentaire. Les femmes des communautés locales confrontées à des catastrophes aussi bien écologiques qu’économiques ont mis au point des stratégies de résilience et d’autonomisation. Pour mobiliser et faire aboutir des changements sociaux, des jeunes femmes et des jeunes filles utilisent de façon diverse et créative les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Les travailleuses du sexe, les immigrées et les travailleuses domestiques redéfinissent ce que signifie le fait de travailler et montrent pourquoi le travail des soins doit être pris en compte. Les femmes souffrant d’un handicap, les activistes transsexuelles et les femmes qui vivent avec le VIH/SIDA dénoncent inlassablement la façon débridée dont on privilégie la croissance et la productivité aux dépens de la dignité humaine. Et les économistes féministes décrivent et analysent les forces qui structurent et attribuent des valeurs à la production et à la reproduction sociale.

En tant qu’activistes des droits des femmes et de la justice, il est de notre devoir de nous unir au-delà de nos différences. Aujourd’hui, le temps est venu de nous écouter les unes les autres et d’en tirer des leçons. Le temps est venu de construire notre pouvoir collectif en tant qu’acteurs politiques, de réunir nos années d’expériences et de savoirs pour participer de façon plus efficace aux débats économiques actuels. Le temps est venu de contribuer ensemble à la création de visions alternatives et de pratiques équitables variées tout en continuant à consolider nos mouvements. Le temps est venu de transformer le pouvoir économique !

Rejoignez-nous au Forum international de l’AWID 2012 et soyez des nôtres pour approfondir notre compréhension de l’injustice économique, nous armer afin de nous engager dans les débats économiques, et mettre au point des stratégies pour transformer et revendiquer le pouvoir économique.

Êtes-vous prêtes à relever le défi ?