Home > Comité de planification > Monica Aleman (Nicaragua)

Monica Aleman (Nicaragua)

a écrit dans Comité de planification sur novembre 22nd, 2010 by

Mónica Alemán est l’officier du programme à la fondation Ford, partie de l’initiative pour la protection des droits de femmes. Monica donne le support au fondation Ford en réaliser un système de subvention intégrant et en collaboration. Pour Mlle. Aleman toutes les droits de l’homme sont une droit de la femme et en conserver a l’esprit elle réfléchit sur le rôle intégrale que les femmes ont jouer dans le société. Monica a une histoire longe de travailler avec les peuples autochtones, femmes en particulière. Monica a servit comme coordinatrice du Forum international des femmes autochtones (FIMI/IIWF). En tant que femme autochtone originaire du Nicaragua, après une enfance passée en pleine guerre au Nicaragua, Monica a décidé de dévouer sa vie à défendre la paix, la sécurité et les droits humains de tous les peuples du monde. Elle a été directrice de programme pour MADRE, organisation internationale de défense des droits humains des femmes ou elle a néanmoins déjà réussi à étendre la portée leur programmes internationaux ainsi que ses partenariats avec des groupes de femmes communautaires du monde entier. Elle propose actuellement des séminaires sur les droits humains, les droits humains des femmes et les agences de l’Onu, et dispense des formations en capacités de direction pour femmes et jeunes dans des pays comme le Rwanda, le Kenya, le Nicaragua, le Guatemala et le Mexique.

Monica a dirigé la rédaction d’un rapport intitulé Mairin Iwanka Raya: Indigenous Women Stand against Violence (Mairin Iwanka Raya : Femmes autochtones contre la violence), et a été à l’initiative de dialogues entre mouvements sur des questions comme les droits sexuels, le féminisme et les droits des peuples autochtones. En 2001, elle a joué un rôle crucial au sein du caucus des jeunes de la Conférence mondiale de l’Onu contre le racisme tenue en Afrique du Sud, et a permis la participation de femmes autochtones aux réunions Beijing + 5 et Beijing + 10, à New York en 2000 et 2005.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.